Didier Leclair

3 notes

LONDON RIVER

LONDON RIVER

 

If you haven’t seen the movie London River (2009) with Burkina Faso actor Sotigui Kouyaté and Englishwoman Brenda Blethyn, take the time to see it. You’ll love the subtle way actors play and the unshaken truth coming out of the story line. In London, after the terrorist attempt in 2005, two parents are looking for their children who didn’t get in touch. One is African (Ousmane), the other is English (Elisabeth). They don’t know each other but their path will cross because of their inquiries.

 

Ousmane is no talker. Furthermore, there is some kind of a linguistic barrier. Even though Elisabeth speaks french, we are more into emotional language than anything else. He stares from his considerable height, like an intuitive giraffe. Elisabeth, small and ravaged by anxiety, looks at him and sees an intruder who came from far away and fell to see the human being. Maybe she is a polite British woman at other times but right now she thinks her daughter has vanished. Elisabeth found out some clues that make her think of the worst. Her daughter may have been a victim of the explosion she heard about on the news. So this black man has to understand her lack of manners. Ousmane understands very well but tries anyway to make her see beyond the colour of his skin, beyond his long dreadlocks in order for her to see the worried father who looked for his son everywhere. This son lived in London with a white girl and he saw their picture. Was it Elisabeth daughter ?

 

Once her fear gone, Elisabeth will see Ousmane the father, the man who longs for the return of his son. She even let him sleep over. The silence in her daughter’s flat is comforting at times and tragic at others. It’s a silence full of the tears of London River.

 

Sotigui Kouyaté left us in 2010 and like him, this movie is unforgettable.

——————————————————————————————————

LONDON RIVER

 

Si vous n’avez pas vu le film London River (2009) avec l’acteur du Burkina Faso Sotigui Kouyaté et la britannique Brenda Blethyn, prenez du temps pour le voir. Vous apprécierez la simplicité du jeu des acteurs et la vérité poignante qui se révèle tout au long du film. À Londres, après les attentats de 2005, deux parents cherchent leurs enfants qui n’ont pas donné de leurs nouvelles. L’un est Africain (Ousmane), l’autre est anglaise(Elisabeth). Ils ne se connaissent pas mais les recherches vont faire en sorte que leur destin va se croiser.

 

Ousmane est un homme de peu de mots. En plus, il y a la barrière linguistique. Même si Elisabeth parle français, nous sommes davantage dans le langage de l’émotion que celui d’une langue officielle. Il la fixe du haut de sa taille, comme une sorte de girafe hautaine mais intuitive. Elle, petite et ravagée par l’anxiété, le voit comme un intru venu de trop loin pour avoir une once d’humanité. Peut-être aurait-elle pris le temps d’être aimable comme une Anglaise bien élevée mais elle pense à sa fille qui a disparu. Elisabeth a découvert certains indices qui lui fait penser au pire. Elle pourrait être l’une des victimes de l’explosion terroriste dont elle a entendue parler. Alors, cet homme noir devra comprendre si elle oublie les bonnes manières. Ousmane comprend mais persiste et tente de lui faire dépasser la couleur de sa peau, la longueur de ses tresses afin qu’elle ne voit que le père, inquiet de ne trouver son fils nul part. Son fils qui vivait avec une jeune femme blanche à Londres dont il a vu la photo. Était-ce la fille d’Elisabeth?

 

Après la peur de l’inconnu, Elisabeth cette mère chagrinée va reconnaître chez Ousmane, le père souffrant de l’absence du fils. Elle va même lui offrir le logis. Le silence dans l’appartement de sa fille morte avec son copain, le fils d’Ousmane, est débordant d’humanité mais aussi d’un tragique à fendre la nuit en flots de larmes. Les flots de London River.

 

Sotigui Kouyaté nous a quitté en 2010 et comme lui, ce film est inoubliable.

 

image

Filed under London River Sotigui Kouyaté Brenda Blethyn Roschdy Zem Sami Bouajila Rachid Bouchareb

  1. didierleclair posted this